Login

Register

Login

Register

Box Auparfum – Box#8 – mars/avril 2018

35,00 incl.VAT

En stock

Uniquement France métropolitaine

A noter : en vous abonnant, vous pourrez acheter ces Box pour seulement 29€. Pour ce faire, il faut d’abord vous abonner à la Box, puis une fois que nous aurons validé votre abonnement, vous pourrez revenir sur cette page pour commander cette Box, dont le prix s’affichera automatiquement à 29€.

Vous voulez tester ces parfums et pendant 30 jours bénéficier des avantages abonnés ? Il vous suffit de commander cette Box, que nos abonnés ont déjà pu recevoir. Description détaillée un peu plus bas dans la page.

  • Night Flower – Eris parfums
  • Ceci n’est pas un flacon bleu 1/.4 – Histoires de parfums
  • À ce soir – Pont des Arts
  • Flash Back in New York – Olfactive studio

En stock

UGS : Box#8-unité Catégorie :

Description

Night Flower – Eris parfums
Pétale Fatal

Si Shalimar avait plongé dans une cuve d’absolu de fève tonka avant de rejoindre Poison au sabbat des senteurs sorcières, le fruit de leurs amours ressemblerait sans doute à la fleur de nuit d’Antoine Lie et Barbara Herman. Conçue expressément par l’auteure américaine du blog Yesterday’s Perfume et de l’ouvrage Scent & Subversion pour évoquer sa spécialité, les parfums vintage, dans une écriture contemporaine, la marque Eris Parfums tire son nom de la déesse grecque de la discorde, histoire de marquer son désaccord avec les notes consensuelles d’aujourd’hui. On retire le « con », on garde le « sensuel »… Tubéreuse aux pétales de cuir, pistils hérissés chargés de cannelle, plantée dans le terreau du patchouli,  Night Flower répand le charme vénéneux d’une Eva Green, fiancée du diable dans Penny Dreadful.

 

À ce soir – Pont des Arts
Rencard à Madagascar

Tu sens bon, tu sens quoi ? En répondant à cette question, gare à l’imbroglio : on croira que vous filez un rencard. Solaire sans vahinés où s’épanouit une époustouflante absolue de vanille de Madagascar, À ce soir pourrait d’ailleurs être le fruit d’une rencontre entre deux parfums conçus à quelques pas du pont des Arts, dans l’ancien labo de Bertrand Duchaufour. Comme si, rien que pour le plaisir de faire une rime botanique riche, sa jonquille d’Ostara (Penhaligon’s) avait fécondé son Havana vanille (L’Artisan parfumeur). De l’une, À ce soir tient ses accents caraïbes de rhum et de feuille de tabac fraîche ; de l’autre, son pollen en pluie d’or et les senteurs de fenaison du narcisse. C’est le long d’une piste olfactive qui partirait des sables de Chaldée pour aboutir au colossal Dune que fleurit cet oriental vert. Un rendez-vous, donc, à ne pas manquer.

 

 

Ceci n’est pas un flacon bleu 1/.4 – Histoires de parfums
Love is blue

Gérald Ghislain, créateur d’Histoires de parfums, envoie valser les repères auxquels il nous avait habitués. Sa nouvelle composition, qu’il veut pareille à une « hallucination olfactive », porte un nom en forme de pied de nez : Ceci n’est pas un flacon bleu 1/.4. Un clin d’œil manifeste au surréaliste Magritte et à son tableau Ceci n’est pas une pipe. Ce parfum, 100 % naturel, a été conçu pour être porté seul ou associé à la fragrance 1/.5 du même nom qui est, elle, 100 % synthétique. Le fruité liquoreux du davana, enrobé de lavande et de cardamome, offre comme préliminaires un accord pétillant un peu médicinal. Cette belle lavande évolue vers un fond éthéré et propre, bordé de patchouli et baumé par l’accord ciste-labdanum et benjoin. Un ambré épicé vibrant, transpercé de lumière et de douceur.

 

 

Flash Back in New York – Olfactive studio
Instantané urbain

Constante des fragrances d’Olfactive Studio, la confrontation entre une photographie et un parfum s’attache cette fois à restituer l’émotion d’une ville, New York. L’instantané nocturne de Vivienne Gucwa montre une avenue enneigée aboutissant au Chrysler Building, masqué par les flocons. Le parfum, lui, prend la forme contrastée d’une violette chahutée par les épices, les troubles du cumin et de la sauge venant pervertir la douceur initiale. La fleur, verte et aqueuse, se déploie, tandis que les ombres du cuir apparaissent au coin des rues. L’obscurité des bois finit par occuper l’espace avec le cèdre, le vétiver et quelques noirceurs de goudron. Ainsi le départ très unisexe laisse doucement la place à un parfum sec aux codes plus virils, qu’il n’est pas difficile de s’approprier. Tout comme la cosmopolite Big Apple, où les personnalités les plus diverses trouvent toujours un accueil bienveillant.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Box Auparfum – Box#8 – mars/avril 2018”

Vous aimerez peut-être aussi…