Description

L’Eau de Virginie – Au pays de la fleur d’oranger
Fleurs sauvages

Issue d’une famille de producteurs de plantes à parfum dans les environs de Grasse, Virginie Roux a commencé par décliner et détourner la fleur du bigaradier dans tous les sens, dans sa première collection lancée il y a maintenant sept ans. Elle explore désormais les fleurs emblématiques des collines surplombant la Côte d’Azur. Dans cette rencontre entre un mimosa et une tubéreuse, les notes camphrées, épicées, presque médicinales de l’ylang-ylang font démarrer en trombe la composition, dans un tourbillon solaire et radiant. L’Eau de Virginie recèle quelque chose de sauvage et d’indomptable, mais se révèle finalement généreuse et tendre. Elle finit par s’arrondir, apaisée, blottie dans des douceurs lactées et vanillées comme un baume apaisant et nourrissant.

Lauréat des Art and Olfaction Awards dans la catégorie Indépendant en 2018

 

Belles Rives – La Parfumerie moderne
Iris lacustre

Imaginez une retraite au bord du lac Léman, un séjour aristocratique et policé dans le calme helvétique.

Vous commencez par un réveil lumineux dans la fraîcheur d’une bergamote infusée d’iris éblouissant. La douceur poudrée vous accompagne toute la journée dans une légère brume aquatique et le soleil de l’osmanthus pour un farniente distingué. Enfin, la soirée s’étire en conversations à demi-mot dans la chaleur des bois, cèdre et vétiver, relevés par quelques traits d’encens, les galantes caresses de la vanille et de la myrrhe, avant que le doux sommeil des muscs ne vous gagne. Marc-Antoine Corticchiato signe là un iris au charme noble et discret, empreint de classe italienne et de pondération helvétique, dont l’évolution rappelle la sophistication de Bois d’argent, parfum adopté autrefois par le créateur de la marque, Philippe Neirinck.