Extrait de parfum /  185€-100ml / Frais de port offerts (France)

io_non_ho_mani_che_mi_accarezzino_il_volto (il n’y a pas de mains qui caressent mon visage) est un projet olfactif associé à un projet photographique. En collaboration avec Archivio Mario Giacomelli de Senigallia, Filippo Sorcinelli a dédié le sixième parfum d’UNUM à Mario GiacomelliUn hommage au travail extraordinaire du grand photographe italien. 

Filippo Sorcinelli a rencontré Mario Giacomelli très jeune, grâce à la sérigraphie ELLEA à Mondolfo.  La première rencontre avec Mario Giacomelli : un parfum intense de tabac mélangé aux encres des machines à imprimer.

 Le nom de la fragrance révèle une histoire fascinante: en 1961, Giacomelli rentre en contact avec un groupe de jeunes étudiants du séminaire épiscopal de Senigallia. Avec la permission de la Curie, il se mit à photographier leurs moments de loisirs, après de longues heures d’étude et de prière en préparation de la vie ecclésiastique. 

Giacomelli photographie alors des prêtres jouant à la balle, se déplaçant dans la neige avec de leurs grands manteaux, et se lançant des coussins dans leur dortoirs, mais également des jeunes en cercles du haut du toit du séminaire. Lors d’une visite dominicale au « Pretini », Giacomelli apporte des cigares aux garçons et les  photographie pendant qu’il fument. Suite à cet épisode Mario Giacomelli a été accusé d’avoir créé des ravages dans un endroit où la discipline et la rigueur devaient régner et il a été priver de continuer à photographier. Don Enzo Formiconi, alors recte